Le salon du livre jeunesse à Bruxelles

Ce week-end, j’ai eu l’opportunité de participer au salon du livre jeunesse de Bruxelles qui se tenait en parallèle du salon « Education » à Bruxelles Expo. C’est sans trop savoir à quoi m’attendre que j’ai embarqué Jules et Jeanne dans le train de 8H23 et que nous avons traversé la moitié du pays en route pour la capitale.  Les livres occupent une place importante à la maison, au propre comme au figuré. Ces objets à découvrir, à toucher et à manipuler peuvent devenir des intermédiaires privilégiés au sein de la relation parent-enfant mais aussi dans la découverte de soi, l’ouverture à l’autre et au monde en général. J’étais donc très enthousiaste à l’idée de découvrir ce que salon allait pouvoir nous proposer. Du coté de J&J rien que l’idée d’un trajet de près de 2 heures en train puis en métro était déjà une excursion  en soi. De plus, ils espéraient bien pouvoir ramener une ou l’autre nouvelle histoire à se mettre sous la dent. J’avais évidemment épluché le site de l’évènement afin de préparer notre visite et de planifier les animations à ne pas manquer. Une fois sur place, Jules et Jeanne ont été appelés à participer au spectacle « Mukashi-Mukashi » de la Compagnie « Fables Rondes ». Trente minutes durant lesquelles nous avons été embarqués d’une histoire enfantine à une autre que nous reconnaissions parfois ou dont nous avons pu découvrir les livres par après. J&J ont ensuite participé à une animation à la fois créative et poétique (par François-Xavier Lavenne de la fondation Maurice Carême). Ils ont créé un marque-page perroquet tout en écoutant le poème du même nom, ou encore une peinture sur le thème de la mer sur fond musical. Ils ont aussi pu écouter les récits d’Ernest et Célestine (qu’ils apprécient particulièrement en livre et à la télévision) en « Kamishibaï », une technique de contage basée sur de grandes images qui défilent dans un petit théâtre en bois à trois portes (récits par Pauline Dallons de la fondation Monique Martin).

Les illustrations bien connues d’Ernest et Célestine (de Gabrielle Vincent) sont sublimes.A la maison, les bibliothèques débordent un peu, mais cela faisait quelques temps que je n’avais plus craqué sur de nouvelles merveilles. Nous sommes donc partis à la découverte d’un ou l’autre petit bijou à ramener à la maison.  Nous avons craqué sur les albums dédicacés par Annick Masson (« Le secret du potager » aux éditions Mijade) et Ian de Haes (« Les colères de Simon » chez Alice Jeunesse). C’était réellement incroyable pour J&J de voir ces illustrateurs leur adresser un petit mot accompagné d’un dessin personnalisé.La Foire du livre Jeunesse est un évènement qui gagne à être connu. Un salon à taille humaine qui a fait le pari de (re)donner l’envie aux enfants et à leurs parents de se plonger dans les livres. Jules et Jeanne n’ont d’ailleurs pas attendu. Malgré la fatigue, à peine posés dans la sattion métro ou dans le train, ils se sont jetés sur leurs nouveaux livres, que nous avons lus, relus et encore relus (heureusement les mamies étaient là pour prendre le relais).

Pour affronter le froid ce jour-là, Jules et Jeanne étaient habillés « Tape-à-l’oeil » de la tête au pieds. Je craque plus particulièrement sur la veste « poncho » de Jeanne et le bonnet à pompon de Jules, même si au vu de la météo de ces derniers jours, ils n’en ont pas encore beaucoup profité.

YOU MIGHT ALSO LIKE

LEAVE A COMMENT